L’asservissement par l’architecture, traduction

Il nous est souvent dit que c’est la guerre de 39-45 qui a causé la destruction de nombreux centre-villes de villes européennes. En réalité, la destruction commença bien plus tôt, dans les années 20, avec beaucoup de créations architecturales ‘progressistes’ (socialistes). Ici, la différence entre la Postdamer Platz de Berlin de 1914 et celle de 1932. Un autre bon exemple est le Mossehaus (le bâtiment d’un journal) à Berlin. Endommagé pendant les insurrections spartakistes (communistes) en 1919, il a été reconstruit par Mendelsohn entre 1921 et 1923. Erich Mendelsohn était un architecte particulièrement sinistre, mais les États-Unis furent relativement épargnés[…]

Lire l'article

Les trois bombes du mondialisme

A la fin des trente glorieuses, le mondialisme a fait le pari d’une humanité convertible à la modernité. Sous-estimant gravement les différences ethnico-culturelles, il a créé trois bombes financières qui signeront sa fin. A partir des années 80, face à la saturation des marchés occidentaux, une stratégie de mondialisation a été mise en place, évitant l’ajustement structurel nécessaire des économies occidentales. Par ce pari fou, les occidentaux ont mis en jeu leur survie plutôt que d’accepter une simple crise financière. Le pari était que toutes les populations du monde réagiraient de la même façon que les occidentaux à la modernisation[…]

Lire l'article

La mécanique intrinsèque de l’islam, un système tourné vers la destruction et la conquête des terres encore libres

Quand on étudie un peu l’islam, on est frappé par un fait: l’islam est un système entièrement tourné vers la destruction et la conquête des terres encore libres. Il n’est fort que par le pillage et l’esclavage. Aussitôt que la destruction est stoppée, il s’effondre sur lui-même. — De toutes les idéologies qui ont pu exister dans ce monde, elle est celle la plus adaptée pour l’annihilation. C’est un virus, une méthode, un algorithme, qui se déploie toujours en trois phases: jihad caché, défensif, puis offensif. Ces trois phases sont inconscientes et implacables. C’est le fameux “contexte” dont les musulmans[…]

Lire l'article

L’Occident, une civilisation centralisatrice en proie à des menaces décentralisées

La faillite inéluctable des Etats dans un monde décentralisé. Les frontières s’ouvrent, les modes d’échanges se modifient, la diversité de l’offre rencontre une diversité naissante de la demande. Après des siècles de centralisation, l’Occident découvre la décentralisation. Qu’est ce que la centralisation? C’est lorsque tous les individus sont connectés entre eux indirectement par le biais d’une entité centrale, telle qu’un État. La télévision est par exemple une entité centralisée. Qu’est ce que la décentralisation? C’est lorsque tous les individus sont interconnectés entre eux directement sans entité intermédiaire centrale. Internet est une entité décentralisée par exemple. Jusqu’alors, nous étions habitués aux[…]

Lire l'article

L’indéracinable imaginaire blanc, le progressisme défait par les mythes

De 2008 à 2015 émergèrent trois opus de la saga vidéoludique The Witcher, réalisé par le studio CD Project, basée sur les récits fantastiques de l’auteur polonais Andrzej Sapkowski, dépeignant un univers médieval vaste, sombre et complexe, débordant de mythologie slave, soumettant le joueur à des choix moraux difficiles. L’attrait mondial pour cet univers donna lieu à une nouvelle adaptation, cette fois ci sous la forme d’une série télévisée produite par Netflix. Tentative d’altération de l’imaginaire européen: l’exemple de la série Netflix en préparation sur l’univers de The Witcher Pour cette univers prenant racines dans les profondeurs de l’Europe centrale,[…]

Lire l'article

L’art existe t-il encore?

Aujourd’hui, il devient commun de dire que l’art n’existe plus ,et que nous ne sommes plus capable de produire des œuvres un tant soi peu qualitative, comme un signe de décadence. Sur le devant de la scène médiatique existe un “art contemporain” qui se caractérise souvent par sa prétention et sa vacuité inégalables. Pour autant, pouvons nous résumer la production artistique de ces dernières décennies à l’art contemporain? Clairement pas. Si la photographie a entamé le déclin de l’art technique, au profit de l’égo artistique, l’infographie sonne comme une renaissance. Nous ne connaissons pas leur nom et pourtant, chaque jour,[…]

Lire l'article

Ergo Proxy, le créateur imparfait, la créature obsolescente et la planification de son remplacement

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de quelque chose d’un peu différent de d’habitude, évoquant un peu le sujet de la science-fiction. Ergo proxy est une série animée japonaise sortie en 2006, explorant avec une profondeur assez poussée la relation entre créateurs et créatures. Dans notre monde, les humains peuvent difficilement trouver de sens à leur existence sans créateur. Visuellement intéressante malgré une narration parfois difficile, Ergo Proxy visite un autre aspect de la création, mettant en scène des créatures qui ne sont pas satisfaites du sens qu’on leur a donné, et des créateurs insatisfaits de leurs créations et déçus de[…]

Lire l'article

Pacte de Marrakech, ce que dit vraiment le texte qu’Emmanuel Macron fera signer le 10 décembre

Documents du pacte des migrations de Marrakech: Le texte du Pacte de Marrakech rédigé par l’ONU est disponible en intégralité et en plusieurs langues ici. Ce texte, une fois signé, rendra la lutte contre l’immigration illégale beaucoup plus difficile. En effet, il préconise de renforcer la censure et d’instituer un droit à l’immigration. Si le texte n’est muni d’aucun mécanisme pour forcer son application, il est très possible cependant qu’il serve de base pour la jurisprudence en France. Par ce biais, il pourrait être intégré dans la loi française. Afin que chacun puisse lire le texte et se faire une[…]

Lire l'article

Comment le Japon m’a changé: de la gauche marxiste à la droite nationaliste

Encore gauchiste, je suis parti un an au Japon. Je suis revenu nationaliste. Adepte à l’époque des théories de l’extrême gauche, je suis parti sans passion particulière pour ce pays. Je suis revenu charmé par son urbanisme, son peuple et sa vision de l’avenir. Les rues étaient propres et les gens respectueux. La première chose m’ayant marquée est la propreté. A Tokyo, aucun papier ne traine par terre, pas un chewing-gum sur le trottoir, les rues semblent immaculés comme si elles venaient d’être construites quelques semaines auparavant. La criminalité était nulle. Il n’était aucunement rare de voir des gens dormir[…]

Lire l'article