Science & remigration: draft

Préambule

L’Occident est en crise. Meurtri de plusieurs guerres dont il ne s’est jamais remis, aussi violentes qu’absurdes et fratricides, il s’est recroquevillé petit à petit, horrifié de son passé, écrasé par le poids trop lourd d’un monde qu’il a porté trop longtemps sur ses épaules.

Cette crise est préoccupante non seulement pour les Européens eux-mêmes, mais pour les habitants de la planète entière tant l’Occident a joué jusqu’à aujourd’hui le rôle de poumon de l’humanité. Aujourd’hui, l’Occident ne voit plus sa propre grandeur et ses propres accomplissements. Il ne voit plus la nécessité absolue de sa propre existence. L’objectif résolu de la Fondation est de rétablir la continuité historique de l’Occident et de lui insuffler toute la vitalité nécessaire à son rétablissement

Pour ce faire, elle pose comme un courant profondément identitaire, considérant les racines profondes ethniques et culturelles de l’Occident comme le terreau fondamental pour l’élévation des esprits européens. Un monde sans nation et sans peuple est un monde stérile et les Européens ont trop longtemps souffert de voir leur héritage diminué comme peau de chagrin afin de le rendre plus digeste pour le reste de la population mondiale. La réaffirmation de l’identité européenne est un impératif absolu, afin qu’elle puisse servir de nourriture aux nouvelles générations.

Elle se pose également comme un courant profondément individualiste et élitiste. Elle reconnait la priorité de l’individu sur le groupe, privilégiant le génie et l’initiative des individus pour élever la société. Alors que les élite européennes devaient avoir de l’ambition pour leurs propre peuples, qui ont maintes fois fait les preuves de leur génie, elles eurent de l’ambition pour des peuples étrangers n’ayant jamais rien réalisé. Une nouvelle élite doit être forgée, et cette nouvelle élite doit être munie d’une ambition européenne, se manifestant par une foi sincère dans les meilleurs individus issus des peuples européens.

Pendant des années, les politiciens de gauche comme de droite sont passés à coté du sujet. Il ne s’agissait pas de taxes, de classes sociales ou de souveraineté. Il s’agissait de développer du plein potentiel de nos peuples. Il s’agissait du destin et du défi qu’on leur donne.

La Fondation, cependant, ne pourrait être considéré comme un courant hostile aux peuples non-européens. Prenant acte du fait que la majorité des innovations scientifiques et technologiques sont d’origine occidentale, que le modèle de prospérité et de société civile moderne repose sur les épaules de la civilisation occidentale, elle tient pour impératif l’objectif de rétablir la continuité historique de l’occident et de ses peuples pour le bien-être de l’humanité.

Partie I – Remigration

Les institutions françaises sont désormais en déshérence, submergées par des populations qui ne respectent pas les caractéristiques nécessaires à leur bon fonctionnement. La réponse ne peut pas être institutionnelle. Le bon rétablissement des institutions françaises passent par le rétablissement de l’homogénéité ethnique du territoire français, autant que faire se peut.

Nous n’investirons pas davantage dans une politique carcérale qui a déjà fait les preuves de son inefficacité pour réduire la criminalité, la France ayant doublé sa population carcérale depuis les années 80. La remigration est la seule manière efficace de faire revenir la sécurité en France.

Nous ne sommes pas opposés à l’idée d’immigration, mais nous faisons la distinction fondamentale entre deux flux d’immigration très différents: l’immigration africaine et l’immigration européenne. La première est dramatique, la seconde est bénéfique. Prendre le problème de l’immigration comme un phénomène entier sans distinction des peuples concernés est une erreur que nous ne commettrons pas.

  1. La déchéance de nationalité pour les crimes et délits. La population carcérale aujourd’hui est composée en très forte proportion d’individus issus de l’immigration extra-européenne, et les études réalisées aux États-Unis nous informent que de tels dispositifs concerneraient une proportion très significative d’hommes issus de l’immigration (40%). Ce serait donc à la fois un dispositif efficace, juste & pacifiant.
  2. L’aide au retour volontaire contre abandon de la nationalité française, d’un montant de 450 euros mensuel sur une durée de 10 ans. Contrairement aux dispositifs de retour volontaire utilisés dans les années 70, la possession et la suppression de la nationalité française de l’individu serait la seule et unique condition.
  3. Instauration d’un permis à points par ménage pour les aides sociales. Chaque délit ou crime enregistré dans un foyer sera comptabilisé. Tout foyer avec un score négatif verra son montant d’allocations versées réduite de 50%. Les points se récupéreront automatiquement jusqu’à leur maximum sur une durée à définir.
  4. Gel de l’obtention de la nationalité française pour une période de 10 ans pour les pays extra-européens. Durcissement des conditions d’obtention de la nationalité française avec la nécessité de passer des tests de français et de culture générale.
  5. Négociations avec les pays d’origine de l’immigration extra-européenne pour faciliter le retour au pays des individus concernés par la déchéance ou l’abandon de nationalité. Utilisation de l’argument de l’aide au retour volontaire dont ils pourraient tirer parti, du statut de droit du sang appliqué par ces pays concernant les bi-nationaux et de sanctions financières et économiques si cela ne suffit pas.

Partie II – Science

L’industrie française est désormais exsangue mais la France reste un pays d’excellence scientifique. Malheureusement, elle subit également une véritable hémorragie de sa propriété industrielle. Nous traiterons le problème de cette fuite de la production scientifique et nous capitaliserons dessus pour reconstruire une industrie solide, orientée sur les nouvelles technologies.

Nous avons la conviction ferme, que toute technologie permettant d’améliorer la productivité est cruciale dans le combat pour la compétitivité que doit mener la France dans l’économie mondiale. La France doit rompre avec le mythe de l’intelligence artificielle et de la robotique destructrices d’emplois. Des ouvriers assistés par la meilleure machine outil sont des ouvriers compétitifs. La robotisation doit être favorisée car elle détruira les emplois en Chine pour les relocaliser en France. L’ouvrier qualifié et assisté par l’algorithme est la clé de l’industrie moderne.

Nous nous reposerons sur cette excellence pour recréer un nouveau tissu industriel. En s’inspirant des méthodes du Japon des années 1990, l’outil du brevet industriel sera revalorisé.

Partie II – Réindustrialisation

  1. Un organisme public sera mis en place, aidant les entreprises petites et grandes à défendre leurs actifs intellectuels sur la scène internationale à la condition que les brevets défendus et subventionnés soient exploités sur le territoire français. Cet organisme apportant la garantie de la protection du brevet aura également un droit de regard sur les transactions le concernant. Les élèves de cursus scientifique recevront une formation convenable dans l’étude de brevetabilité et la rédaction de brevet. La France doit faire cesser l’hémorragie de brevets industriels qui l’afflige.
  2. La recherche publique sera profondément réformée avec une transformation significative du statut de chercheur. L’Etat se désengagera des filières de sciences sociales qui ne correspondent pas aux critères attendus de scientificité, telle que la sociologie. La liberté de rémunération de ses chercheurs sera laissée aux laboratoires de recherche, rompant avec la rémunération indexée sur le statut de fonctionnaire.

Science & Économie

Partie III – Arts et Patrimoine

  1. Le ministère de la Culture sera purement et simplement supprimé. Aucune instance politique ne devrait disposer du monopole de culture, en imposant à tous les tissus associatifs et culturels du pays les terminologies et les thèmes à adopter pour recevoir des financements. Si le soutien de nos artistes et créateurs est important, ce type d
  2. En remplacement, un ministère du Patrimoine sera instauré, avec pour objectif la préservation du patrimoine Européen présent sur le territoire français. Ce ministère sera doté du budget conséquent de celui de la Culture afin de restaurer les monuments en danger sur le sol français et assurer le financement des musées qui n’auront plus à vendre leurs œuvres et faire des partenariats douteux avec des pétromonarchies du Moyen-Orient.

Partie III – Education

  1. Les cours de langue étrangères seront supprimées dans les cursus de l’école primaire et du collège.
  2. Les classes de niveau seront privilégiées.
  3. Le baccalauréat sera rétablit

Partie IV – Natalité

La France est en proie à un très grave déséquilibre démographique, comme de nombreux autres pays développés dans le monde. Ce déséquilibre doit être résolu afin de permettre un système économique viable ainsi qu’un système de retraite et de soins durable pour les personnes âgées. Nous ne pouvons plus continuer avec un état social qui se révèle être une pyramide de Ponzi au fur et à mesure des années, creusant le déficit public et favorisant un montage financier malsain impliquant l’immigration massive pour permettre l’endettement. Cette politique de natalité soulagera les entreprises qui ne peuvent plus soutenir les cotisations sociales entrainées par un tel déséquilibre de naissances.

Une politique nataliste prend par nature une vingtaine d’années avant de prendre effet. Tous les moyens seront utilisés pour rétablir au plus vite une natalité normale afin de diminuer au maximum la peine des retraités. Nous faciliterons d’abord et avant tout la vie des femmes souhaitant enfanter.

  1. Nous favoriserons des plans d’urbanisme des crèches au sein des parcs d’entreprises du tertiaire.
  2. Bien que polémique, nous autoriserons la PMA sur le sol français pour les femmes seules de plus de 40 ans, sur une durée exclusive et non renouvelable de 10 ans. Cette mesure circonscrite dans le temps permettra d’apporter un flux supplémentaire de naissances et de capitaliser sur nombre de femmes françaises n’ayant pas enfanté malgré un désir profond de le faire, après souvent une carrière professionnelle riche.

Partie V – Ecologie

Partie VI – Europe