La mécanique intrinsèque de l’islam, un système tourné vers la destruction et la conquête des terres encore libres

Quand on étudie un peu l’islam, on est frappé par un fait: l’islam est un système entièrement tourné vers la destruction et la conquête des terres encore libres. Il n’est fort que par le pillage et l’esclavage. Aussitôt que la destruction est stoppée, il s’effondre sur lui-même.

De toutes les idéologies qui ont pu exister dans ce monde, elle est celle la plus adaptée pour l’annihilation. C’est un virus, une méthode, un algorithme, qui se déploie toujours en trois phases: jihad caché, défensif, puis offensif.

Ces trois phases sont inconscientes et implacables. C’est le fameux “contexte” dont les musulmans parlent. Chaque phase est un contexte qui active des versets de plus en plus violents. Chaque phase entraine mécaniquement la suivante.

Le Jihad caché est la recherche d’avantages exclusifs à l’islam. Cette phase vise à provoquer les non-musulmans constamment, de toutes les façons possibles. L’objectif de cette phase est d’attiser la colère des non-musulmans, de provoquer une réaction immunitaire, afin de déclencher la phase défensive.

Le Jihad défensif, vise à forger autant d’alliances que possible, à diviser autant que possible les non-musulmans, grâce à la jouissance de statut de culte persécuté obtenu en phase du jihad caché. La phase défensive de l’islam, consiste à passer aux actions terroristes, à l’assassinat des critiques de l’islam. Les communautés volant au secours de l’islam se trouvent prises au piège. Une fois qu’elles se rendent compte de la fraude, il est trop tard pour qu’elles se désengagent.

L’islam comprend dans son processus même l’altruisme des non-musulmans. Quand l’islam s’installe quelque part, il commence toujours par diviser les non-musulmans entre pro-islam bisounours et anti-islam facho. C’est le cœur du mécanisme d’allumage.

Lorsque l’islam est arrivé à la Mecque, les musulmans ont violemment critiqué et insulté les dieux païens, jusqu’à obtenir le statut recherché. Alors, les chrétiens et les juifs de Médine ont accordé leur hospitalité aux musulmans, et les ont défendu.

Une fois assuré de leur protection, les musulmans ont pillé massivement les caravanes de la Mecque, abusant de la naïveté des médinois. Une fois que les médinois se sont rendus compte de leur erreur, il était trop tard. Les musulmans se retournèrent contre eux, chargés de butin.

On passe alors dans la dernière phase: le jihad agressif. Les musulmans ont atteint une masse critique, et n’ont plus besoin d’alliance. Un à un, leurs anciens alliés sont dépecés sur de faux prétextes. La puissance de l’islam augmente au fur et à mesure du butin et des esclaves.

Une fois la purification effectuée, il se tourne vers l’extérieur, et la boule de neige continue de rouler et d’amasser de l’inertie. Chaque tribu qui tombe vient grossir la machine de guerre qui ne peut désormais plus s’arrêter.

L’islam révèle son vrai visage et la vraie nature de son dogme, de ses textes, il n’existe que trois voies dans l’islam:

  • se convertir et servir la machine de mort islamique;
  • accepter de se soumettre et de payer l’impôt islamique de la Jizya pour financer son expansion;
  • être combattu et réduit en esclavage, être tué.

Sourate 9, verset 28, 29 et 30. La neuvième sourate est une des dernières sourates révélées à Mahomet selon la religion islamique. Elle institue le jihad offensif, appelant à la conversion ou à la soumission par la force de toute l’humanité.

La machine a atteint une masse suffisamment importante pour venir concurrencer les empires. D’abord dans les régions périphériques, affaiblies et mal gardées. L’empire ne peut pas se défendre, trop de surface à couvrir, trop loin. Il perd petit à petit ces zones.

Une à une, les zones des empires environnants sont pillées et saccagées encore et encore. Jusqu’à ce qu’elles tombent définitivement. Les empires affaiblis finissent par tomber. Les conséquences sont dévastatrices. Les richesses de ces empires renforcent désormais l’inertie de cette industrie de mort.

L’empire perse tombe en 637. L’Espagne tombe en 711. L’inertie est telle que rien ne peut plus l’arrêter. L’empire islamique est abreuvé de richesses, d’esclaves, de savants, qu’il récupère sur les cadavres des empires qu’il vient d’abattre.

L’Italie et la France sont pillées encore et encore dès 667, mais tiennent le choc. Sa progression en Europe de l’Ouest est stoppée nette une première fois à Poitiers en 732. Sa progression en Orient est stoppée par le succès de la défense de la capitale byzantine, Constantinople, une première fois en 674, puis en 717 avec une alliance entre chrétiens et barbares. La Reconquista s’engage en Espagne sur la même période et perdurera jusqu’en 1492.

La prochaine victime de l’islam est l’Italie. Elle est attaquée et pillée à nouveau en 846. Les habitants des campagnes sont massacrés, les lieux de culte chrétiens sont ravagés, les sépultures des saints chrétiens sont pillées. Seul le mur d’Aurélien qui entoure Rome arrêtera les armées de l’islam. Une nouvelle attaque contre Rome est lancée en 849. L’île de Sicile passe sous contrôle islamique en 902. Ce n’est qu’au XIIe siècle que les agissements islamiques sont définitivement stoppés en Italie, notamment par les incursions normandes en méditerranée qui récupèrent une à une les terres conquises par les musulmans.

Monde normand au XIIe siècle

Cependant l’islam ne perd pas de temps. Face à ses défaites dans l’Ouest, il tourne son appétit vers l’Est. En 1009, les lieux les plus sacrés du christianisme sont anéantis à Jérusalem, avec la destruction du tombeau du Christ. Les attaques sur l’empire byzantin se font de plus en plus violentes. En 1071, une large partie du territoire de cet empire est perdue, l’empereur byzantin est capturé. Pendant plus de 20 ans, les byzantins supplieront les royaumes de l’Ouest de leur porter assistance. Face aux difficultés de l’empire chrétien d’Orient et au saccage des lieux saints du christianisme, le pape Urban II lance alors la première croisade mais cela ne sera pas suffisant. L’empire byzantin lutte pendant des siècles. Il tombe alors en 1453. Lors de ce siège, 12 000 chrétiens réduits en esclavage se battent dans les forces islamiques en tant que janissaires.

Carte de l'Empire byzantin en 600

L’empire byzantin en l’an 600

Résultat de recherche d'images pour "empire perse v siecle"

L’empire perse zoroastrien du IIIe au VIIe siècle

L’empire byzantin au XIe siècle, rongé petit à petit par les forces islamiques renforcées par la prise de la Perse.

La chute de Constantinople sera catastrophique pour le monde. Le génocide des chrétiens en Orient peut commencer. Le monde greco-byzantin, une des civilisations les plus riches de notre histoire, est anéantie. La progression de l’islam en Europe de l’Est sera enfin stoppée à Viennes lors d’une bataille décisive en 1529.

Mais le massacre en Orient ne s’arrête pas là. La civilisation indienne fut également détruite. Dès le VIIIe siècle et jusqu’au XVIe siècle, les invasions des Indes par l’islam se caractérise par un génocide qui sera constant sur une période de plus de huit siècles. Si le chiffrage du nombre de victimes semble impossible à évaluer précisément,  des chiffres autour de 80 millions de victimes sont avancés par l’historien indien Kishori Saran Lal. L’Afghanistan fut épuré ethniquement. Le génocide d’Hindu Kush (le ‘massacre des hindous’) est mentionné dans des publications dans le domaine de la génétique de la revue Nature, attestant celui-ci comme un facteur majeur de ‘diversité ethnique’ dans la région de l’Asie centrale, par la déportation des populations réduites en esclavage. C’est à ce prix que les chiffres indiens devinrent les chiffres arabes.

Au XIX siècle, l’esclavage islamique aura atteint le bilan de 12 à 15 millions de morts. Entre 1530 et 1780, les pirates musulmans d’Afrique du Nord auront capturé plus d’un million d’esclaves européens.

Par un miracle de l’Histoire, ou bien par la résilience exceptionnelle des peuples européens, l’islam ne peut plus s’étendre. C’est la fin de sa progression. L’Europe réussit à porter le coup de grâce.

A partir de là, incapable désormais de se ravitailler en richesses extérieures, et incapables de les produire à l’intérieur, l’islam commence à imploser. Le terreau des anciens empires est devenu infertile à force d’obscurantisme. Plus rien n’y pousse. C’est la fin.

Depuis un siècle, depuis les décolonisations, l’islam redémarre son algorithme. Certains disent que tel ou tel pays est condamné, que nous sommes trop bêtes et trop divisés, qu’il faut abandonner la France, la Suède, etc. Il faut toujours garder à l’esprit que chaque division est la conséquence de l’algorithme islamique. Il a été façonné pour produire ces divisions. Chaque pays abandonné le rend deux fois plus fort. Aucune négociation n’est possible avec l’islam: toute faiblesse ou altruisme de la part des sociétés contaminées sont vues comme des grâces d’Allah en faveur des musulmans.

Les doctrines sont des êtres vivants et leur faculté à survivre répond à la loi de la sélection naturelle. Si elles existent aussi largement, c’est que leur mécanique de subsistance est puissante.

Parfois, on cherche la force d’une idéologie ou d’une religion dans ses dogmes. Mais cette force peut exister simplement dans sa structure. Il n’y a rien d’intelligent dans les dogmes de l’islam. Rien qui puisse convaincre. Et pourtant il a recouvert un quart du globe terrestre et détruit de nombreux empires de l’antiquité.

Résultat de recherche d'images pour "sainte sophie" Résultat de recherche d'images pour "sainte sophie"

Basilique Sainte Sophie construite par les byzantins au VIe siècle. Le style architectural islamique sera très largement repris sur le style byzantin par ailleurs. Elle échappera plusieurs fois de peu à sa destruction du fait de son origine chrétienne. La mosquée de Cordoue sera d’ailleurs en partie conçue par des architectes byzantins.